Archives pour la catégorie Industrie

impression 3D: HP va entrer dans la danse

hp marque

On attendait pour savoir quelle grosse société historique s’engagerait en premier sur le domaine de l’impression 3D, et c’est HP qui va ouvrir la Danse.

Martin Fink, Responsable des Laboratoires et CTO de HP avait déjà indiqué que HP allait proposer des produits d’impression 3D mais plutot dans une approche B2B2C. C’est a dire que HP vend a une entreprise, qui produit les objets en 3D pour vous.

Ce qui est nouveau dans cet article de Reuters, c’est que HP va faire une annonce en Juin sur son offre, et indique avoir solutionné des contraintes de matériaux (notamment sur la durabilité), mais surtout les contraintes de temps d’impression. (et ça c’est un sacré avantage)

Dans tous les cas, le fait qu’un grand nom de l’impression classique investisse dans ce domaine est un premier signe de pertinence du marché.

Imprimez votre future voiture

3d-caymanLe monde de l’automobile a déjà déclaré les avantages que représentait l’impression 3D dans le prototypage des véhicules (par ex: Ford, article du WSJ) Deux initatives sont toutefois remarquables de la part de deux constructeurs vis a vis de leurs clients finaux: la possibilité d’imprimer sa future voiture (ou son concept car) sur son imprimante 3D personnelle:

C’est donc d’abord Porsche qui a lancé l’idée avec la possibilité d’imprimer sa Porsche Cayman en Décembre 2013 ( le lien est dorénavant en erreur)

lien

une initiative assez sympa, d’autant que Porsche proposait de poster ses photos d’impressions sur twitter

Récemment Honda propose à sojn tour d’imprimer ses concept-cars, au traver d’un portail dédié: lien

Après, on aime ou on aime pas le design Honda…

Inventer devient de plus en plus simple

shapeokole terme DIY: Do It Yourself (mal traduit par « fait le tout seul ») est la tendance du moment.

Pour les inventeurs, ceux qui veulent concevoir leurs idées, pour les entreprises qui prototypent, les imprimantes 3D sont un élément, mais clairement pas le seul. C’est donc un complémentaire à l’impression 3D que je souhaite présenter: la fraise contrôlée par ordinateur. Bon c’est pas nouveau, c’est surtout dans la simplicité d’accès que ca s’améliore drastiquement. Avant il fallait maitriser un logiciel comme autocad pour l’interfacer avec un logiciel de contrôle du périphérique… il y a 2 ans, la société Inventables, qui fournissait plutôt les entreprises, s’est tourné vers un nouveau marché: les inventeurs et les modelistes, en proposant une machine peu onéreuse, et qui répondait directement à leurs envies ou besoins.

Ce qu’il manquait c’était une interface simple. c’est dorénavant chose faite avec Easel, le logiciel maison qui accompagne leur produit: shapeoko (environ 299 $). Pas besoin de modéliser en 3D, pas besoin de connaitre un gros logiciel. un enfant pourrait s’en servir (du logiciel seulement, pas de la fraise…). Regardez cette vidéo:

Certains de mes lecteurs diront peut être que l’impression 3D c’est mieux car on peut tout a fait faire ce qui est proposé avec une imprimante 3D.  C’est a la fois vrai dans les formes qu’on peut produire, mais le matériau ne pourra pas avoir les même propriétés physiques (résistance, élasticité,…) ou certaines matières (Bois brut par ex) que ce qu’on peut produire avec une imprimante 3D. Dans l’autre sens, il ne faut pas s’attendre a produire un vase avec le système d’inventables. On est donc bien sur des produits complémentaires et qui vont contribuer à l’émergence de nouvelles idées et des nouveaux produits de demain.

source: pando.com, inventables

Lego et l’impression 3D

stonelegoUn bref article du Financial Times cite le directeur Financier de LEGO: John Goodwin, notamment sur le sujet de l’impression 3D.

ce n’est pas surprenant de voir que LEGO n’envisage pas cette technologie pour la production industrielle de pièces (produisant plus de 2000 briques / secondes, l’ injection de plastique dans des moules, est plus adaptée). Par contre, en tant que second plus gros producteur de jouets (après Mattel) l’usage de l’impression 3D entre clairement dans le processus de Recherche et Développement, afin de générer des prototypes. (comme le précise le Responsable des relations Presse de LEGO dans cet article (3D printingindustry.com) . A noter que Mattel, le 1er constructeur fait de même (article du World Street Journal)

Lego-dimensions_patent

Maintenant, LEGO possède des copyrights, de la propriété

intellectuelle, bref tout un arsenal juridique pour se protéger, et qui va probablement ralentir les envies de créer un business profitable autour de la vente de pieces de LEGO à imprimer. A titre d’exemple, l’espacement entre les éléments d’une même piece (cylindre central, v.s. les bords) est déposé et optimisé pour un compromis entre fixation et facilité de démontage: Pas de possibilité de copier cela.

L’article du Financial Times laisse toutefois une réelle ouverture apparaitre. Le Directeur Marketing de LEGO dit se pencher sur l’impression 3D afin d’y identifier des opportunités, et non une menace. (analyse SWOT…)  et pourquoi pas imprimer ses propres pièces (évidemment vendues par LEGO…)

Il faudra toutefois se poser la question de la qualité des impressions 3D pour fabriquer des jouets pour enfants: comment s’assurer que les normes sont respectées, que le produit est robuste, de qualité…