Archives pour la catégorie materiau

impression 3D: HP va entrer dans la danse

hp marque

On attendait pour savoir quelle grosse société historique s’engagerait en premier sur le domaine de l’impression 3D, et c’est HP qui va ouvrir la Danse.

Martin Fink, Responsable des Laboratoires et CTO de HP avait déjà indiqué que HP allait proposer des produits d’impression 3D mais plutot dans une approche B2B2C. C’est a dire que HP vend a une entreprise, qui produit les objets en 3D pour vous.

Ce qui est nouveau dans cet article de Reuters, c’est que HP va faire une annonce en Juin sur son offre, et indique avoir solutionné des contraintes de matériaux (notamment sur la durabilité), mais surtout les contraintes de temps d’impression. (et ça c’est un sacré avantage)

Dans tous les cas, le fait qu’un grand nom de l’impression classique investisse dans ce domaine est un premier signe de pertinence du marché.

Inventer devient de plus en plus simple

shapeokole terme DIY: Do It Yourself (mal traduit par « fait le tout seul ») est la tendance du moment.

Pour les inventeurs, ceux qui veulent concevoir leurs idées, pour les entreprises qui prototypent, les imprimantes 3D sont un élément, mais clairement pas le seul. C’est donc un complémentaire à l’impression 3D que je souhaite présenter: la fraise contrôlée par ordinateur. Bon c’est pas nouveau, c’est surtout dans la simplicité d’accès que ca s’améliore drastiquement. Avant il fallait maitriser un logiciel comme autocad pour l’interfacer avec un logiciel de contrôle du périphérique… il y a 2 ans, la société Inventables, qui fournissait plutôt les entreprises, s’est tourné vers un nouveau marché: les inventeurs et les modelistes, en proposant une machine peu onéreuse, et qui répondait directement à leurs envies ou besoins.

Ce qu’il manquait c’était une interface simple. c’est dorénavant chose faite avec Easel, le logiciel maison qui accompagne leur produit: shapeoko (environ 299 $). Pas besoin de modéliser en 3D, pas besoin de connaitre un gros logiciel. un enfant pourrait s’en servir (du logiciel seulement, pas de la fraise…). Regardez cette vidéo:

Certains de mes lecteurs diront peut être que l’impression 3D c’est mieux car on peut tout a fait faire ce qui est proposé avec une imprimante 3D.  C’est a la fois vrai dans les formes qu’on peut produire, mais le matériau ne pourra pas avoir les même propriétés physiques (résistance, élasticité,…) ou certaines matières (Bois brut par ex) que ce qu’on peut produire avec une imprimante 3D. Dans l’autre sens, il ne faut pas s’attendre a produire un vase avec le système d’inventables. On est donc bien sur des produits complémentaires et qui vont contribuer à l’émergence de nouvelles idées et des nouveaux produits de demain.

source: pando.com, inventables

L’impression 3D pour la chirurgie du genoux

itotal implantLes entreprises américaines sont très en avance sur l’exploitation médicale des innovations technologiques.

Une société: conformis s’est concentrée sur une articulation: le Genoux. le genoux supporte une bonne partie du corps et gere une partie de l’équilibre. Les opérations sont souvent lourdes et les  récupérations fonctionnelles sont souvent accompagnées de douleurs dans le dos, ou au niveau du genoux.

Une des causes de cela est l’inadéquation entre la variété de genoux et l’uniformité des prothèses. Conformis a alors mis au point un procédé qui permet de constituer une représentation 3D du tibia et du fémur à partir des images issues d’un scanner. la société adapte alors sa prothèse, et lance la Fabrication en impression 3D.le matériau utilisé est du Cobalt-Chrome-Molybdenum, mais pas d’infos sur le matériel utilisé (je vais me renseigner). Quoiqu’il en soit la prothèse est alors parfaitement adaptée, et permet, selon la société, d’avoir des résultats bien meilleurs qu’avec des produits « standards »

allez ils ont même fait une vidéo, non pas du procédé d’impression, mais du principe, qui, j’en suis sur, va être adapté a d’autres parties du corps humain

l’impression 3D avec du bois

popitdepuis 2012 on voit fleurir à droite et à gauche des tentatives de création de matériau pour l’impression 3D à base de bois, ou plus précisément de sciure de bois, ou de filament de bois. il y a donc sur le marché aujourd’hui ces deux produits disponibles.

évidemment ce n’est pas du bois pur, mais plutôt un mélange entre du bois et une colle, ou un liant  (le liant est majoritaire). Comme les autres matériau, il a besoin d’être chauffé par l’imprimante afin d’adhérer aux couches inférieures.(entre 195 et 230 °C)
Ce qui est intéressant c’est qu’en fonction de la température de chauffe, on peut influencer la couleur du produit, qu’il est manipulable comme du bois (poncer, percer, peindre….) et qu’il en a l’odeur.

le youtuber NerdGasm a d’ailleurs fait une petite vidéo:

les fournisseurs sont surtout colorfabb et popbit avec des produits dont les tarifs sont compris entre 30 et 40 € le rouleau de 750g. (avec des diamètres compris entre 1,75mm et 3mm)

pop-wood-3d-printed-filament-2

A quoi ça peut servir ? certains y voient un moyen de simplifier la conceptions d’objets en bois, comme pour des meubles, ou de concevoir des versions de jeux en bois… l’imagination n’a pas de

woodfill_fine_175_3

limites (pourquoi pas imaginer des instruments de musique)

On est pas encore tout à fait sur un produit écologique vu la proportion de colle, mais ça va probablement aller en s’arrangeant. déjà on y met du bois recyclé.

une des questions qu’on pourrait se poser c’est toutefois si ces matières sont compatibles avec de la nourriture. Ca fera l’objet d’un post dédié.

sources: 3Ders.com, projet stickfilament (indieGogo), popbit (attention site 100% flash), colorfabb