l’impression 3D avec du bois

popitdepuis 2012 on voit fleurir à droite et à gauche des tentatives de création de matériau pour l’impression 3D à base de bois, ou plus précisément de sciure de bois, ou de filament de bois. il y a donc sur le marché aujourd’hui ces deux produits disponibles.

évidemment ce n’est pas du bois pur, mais plutôt un mélange entre du bois et une colle, ou un liant  (le liant est majoritaire). Comme les autres matériau, il a besoin d’être chauffé par l’imprimante afin d’adhérer aux couches inférieures.(entre 195 et 230 °C)
Ce qui est intéressant c’est qu’en fonction de la température de chauffe, on peut influencer la couleur du produit, qu’il est manipulable comme du bois (poncer, percer, peindre….) et qu’il en a l’odeur.

le youtuber NerdGasm a d’ailleurs fait une petite vidéo:

les fournisseurs sont surtout colorfabb et popbit avec des produits dont les tarifs sont compris entre 30 et 40 € le rouleau de 750g. (avec des diamètres compris entre 1,75mm et 3mm)

pop-wood-3d-printed-filament-2

A quoi ça peut servir ? certains y voient un moyen de simplifier la conceptions d’objets en bois, comme pour des meubles, ou de concevoir des versions de jeux en bois… l’imagination n’a pas de

woodfill_fine_175_3

limites (pourquoi pas imaginer des instruments de musique)

On est pas encore tout à fait sur un produit écologique vu la proportion de colle, mais ça va probablement aller en s’arrangeant. déjà on y met du bois recyclé.

une des questions qu’on pourrait se poser c’est toutefois si ces matières sont compatibles avec de la nourriture. Ca fera l’objet d’un post dédié.

sources: 3Ders.com, projet stickfilament (indieGogo), popbit (attention site 100% flash), colorfabb

 

 

L’impression 3D: plus verte ou plus sociale ?

Tiskaj-ZELENO-Grass-3D-Printer-537x405un article plutôt bien écrit sur le site fastcoexist.com présente l’étude d’un doctorant de l’université de Berkeley.

l’impression 3D n’est pas  une solution à des questions environnementales car

  • l’impression 3D est gourmande en énergie,
  • elle consomme 40% de plus de matière pour un même objet que son équivalent industriel,
  • avec la baisse des couts les Fabrikants que nous serons produiront des objets jetables

Toutefois avec les  nouveaux matériaux il y a des réponses a ces problématiques. le Doctorant cite notamment l’initative à suivre d’un de ses professeur qui s’est basé sur de la sciure de bois et un adhésif pour générer une matiere imprimable avec les imprimantes 3D, sans avoir besoin de la chauffer (à suivre donc)

L’élément le plus positif est par contre l’apport de la technologie dans des coins reculés du globe, loin des routes de livraisons et des (rares) destinations ou amazon livre ;-) et on le voit déjà au travers des initatives comme celle dont j’ai déjà parlé plus tôt : une prothese de main pour un jeune soudanais imprimée en 3D

 

[Week End Léger] customiser son environnement – approche artistique

Ce Week End, une vidéo qui a près d’un an mais je trouve très sympa l’idée de modifier légèrement l’environnement en se disant que quelqu’un verra peut être ce qu’on a fait, et que ça lui provoquera une réaction, une émotion. une belle démarche artistique…

A sandstone block built from lego, blending real objects with 3d prints from Greg Petchkovsky on Vimeo.

[Week-End Léger] Sad Keanu (figurine imprimée en 3D) mise en situation

Issue d’un meme , un designer (Neurafirings) a créé un modèle destiné à l’impression 3D de Keanu Reeves « triste »

Il n’en faut pas moins pour qu’un créateur de jouets Japonais s’amuse avec pour le mettre en situation…

voilà quelques photos assez réussies de mises en situation… comme quoi on peut s’amuser, même quand on est grand…

 

 

 

plus de photos sur kotaku

Le varech (algue) comme matériau pour impression 3D Médicale

Stylo 3D injectant du gel a base de Varech

les matières utilisées dans l’impression 3D sont surtout des dérivés du plastique (Genre ABS), des alliages de métaux, des pâtes de métaux

Des chercheurs australiens sont en train de tester le Varech comme matériau d’impression 3D a usage médical. En effet l’algue a des propriétés protectrices contre les Virus, les champignons… et en plus stimule la production de cellules souches. Bref, l’idéal pour un usage Médical.

ces chercheurs s’appuient sur un stylo « 3D Printing Bio Pen » développé dans la même université pour injecter et positionner le gel a proximité des tissus a soigner.

 

 

Une prothese de main imprimée en 3D pour un jeune soudanais

Vous l’avez peut etre entendu sur France Info aujourd’hui, repris de Slate , lui même reprenant la description du projet DANIEL de la Fondation  Not Impossible.

Daniel Omar, un jeune soudanais de 16 ans a été amputé des 2 bras il y a 2 ans dans un bombardement aérien. (voir détails dans les sites listés plus haut). Mick Ebeling, le fondateur du Not Impossible Lab, a cherché une solution : et l’a trouvé avec les imprimantes 3D.

Avec l’aide de la société PrintrBot , l’inventeur Sud Africain  et un neuroscientifique Australien, ont concu la prothèse qui en plus a un côut de près de 100$

allez, je vous met la vidéo la moins connue en premier:


 
et la video qui fait le tour de la toile depuis 2 mois:

construire une maison en 24h avec une imprimante 3D Géante

n-MAISON-3D-large570les imprimantes 3D permettent de Façonner des petites pièces, ou petits Objets, mais là c’est une autre Dimension: le Huffington Post publie un article  qui décrit l’application des principes de l’impression 3D pour faire des maisons, et théoriquement en 24h.

En gros c’est un immense bras/grue motorisé, qui injecte du béton a la manière des imprimantes 3D, associé a une pince qui positionne des poutres (pour les dessus de portes ou le toit)

Ca ne prend évidemment pas en compte le temps d’installation de l’imprimante Géante .

un des intérêts que j’y vois c’est surtout permettre aux architectes d’avoir des nouveaux outils de créativité.

 

 

l’imprimante 3D: une vraie perspective pour la manufacture complexe loin des usines

Utornado raf_0n bel article de RFI cite 2 exemples concrets et effectifs d’imprimantes 3D pour produire des composants complexes loin des usines.

Premier exemple dans l’aéronautique, ou le groupe BEA systems a produit des pièces détachées pour ses avions Tornado, les tests des pièces en vol ont donné des résultats satisfaisants (d’après BEA systems), avec une perspective d’utilisation sur les terrains d’opérations

et le second en médecine, qui permettrait de produire des prothèses, à bas coût dans les pays a faible moyens ou dans des zones reculées.
l’article passe par un autre exemple intéressant, et futuriste: la construction d’une base Lunaire, sans emporter le matériau, et en s’appuyant sur du sable lunaire… à suivre dans un article dédié plus tard

3D Doodler: le crayon 3D

3DoodlerSi vous suiviez l’actualité technologique, vous n’êtes probablement pas passé à coté de ce futur produit vraiment fun: le 3Doodler.

sa campagne de communication autour de la levée de fond communautaire (kickstarter), a permis de lever plus que les  fonds nécessaires en quelques jours.

Il s’agit d’un gros stylo, qui fonctionne un peu comme un porte-mine, à la différence essentielle: la mine est un baton de plastique.

en appuyant sur la gachette du « porte mine », le plastique est chauffé, et « coule » du stylo, durcissant très rapidement. ainsi vous pouvez dessiner en 3D. la vidéo est très parlante

il y a plein de couleurs disponibles. Bref, si vous aimez les objets de ce genre, n’hésitez pas, vous ferez des envieux !!!

le site  3Doodler